Blog

Les télescopes de l’ESO détectent la toute première lumière issue d’une source d’ondes gravitationnelles

Plusieurs télescopes de l’ESO au Chili ont pour la première fois détecté la contrepartie visible d’une source d’ondes gravitationnelles. Ces observations historiques suggèrent que ce singulier objet résulte de la fusion de deux étoiles à neutrons. Les conséquences cataclysmiques de ce type de fusion – des événements prédits de longue date et baptisés kilonovae – disséminent des éléments lourds tels que l’or et le platine dans tout l’Univers. Cette découverte a fait l’objet d’une série d’articles publiés au sein de revues telle Nature. Elle apporte la preuve irréfutable que les sursauts gamma de courte durée sont causés par les fusions d’étoiles à neutrons.

Article source: ESO

Travail pratique de fin d’année : Neptune…

Neptune, la plus éloignée des 8 planètes de notre système Solaire, est invisible à l’œil nu.

Pour l’apercevoir, un télescope de 150 mm de diamètre et offrant un grossissement de 100x est nécessaire.

Cette année, la distance la plus courte de Neptune à la Terre était atteint le 4 septembre.
Actuellement, la planète séjourne dans la constellation du Verseau.
Sans GoTo, la recherche peut s’avérer difficile.

Mais une bonne période de visibilité s’étend jusque début décembre 2017.
C’est le moment de la photographier pour servir de base à un atelier qui sera fait fin 2017 ou début 2018…

Donc, si vous disposez :
– d’un tube égal ou supérieur à 150 mm de diamètre
– une focale raisonnable (viser un F/D 8-10)
– Un APN ou une CCD
– L’occasion de faire plusieurs photos (impératif, mettons 5 photos) à plusieurs dates (ex : 2-3 jours de distance)

Ici, la « qualité » n’est pas le critère principal. Il faut avoir l’information : la planète visible dans la photo,
avec des étoiles visible dans le cadre !

Donc, inutile de « recentrer » trop fort…

Voici les positions pour la fin d’année

Avec une vue plus « large »

Si vous voulez vous lancer dans l’aventure : go !

=> les images seront traitées lors de l’atelier et on analysera les informations
que l’on peut en sortir…

Bonne chasse…

Cerise sur le gâteau…
Si vous faites du « champ large » au niveau de la photo, vous pouvez capturer Trappist-1…
(indiqué par un cercle ci-contre)

Septembre 2017 : Mercure, Mars et Vénus…

Ce mois-çi, Mercure est très visible dans le ciel du matin…
Avec de la chance (vu la météo peu favorable à l’heure de l’écriture de ces lignes…), on peut apercevoir :

Les chiffres : la position pour un jour donné et avec le Soleil couché (6°) sous l’horizon, en regardant vers l’est (qui se trouve quasi à l’intersection entre la trajectoire de Mercure en fin de mois et l’horizon).

Ne croyez pas que c’est si facile à les repérer, vu la pollution lumineuse et le reste de la luminosité solaire à ce moment. Mais une paire de jumelles devrait vous faciliter la tâche…

Il suffit que les nuages disparaissent (un peu…) pour pouvoir capturer le passage…

La sonde Cassini a dit adieu à Titan

Lundi 11 septembre 2017, vers 21 h (19 h 04 TU), Cassini a fait son dernier crochet par Titan, la plus grande lune de Saturne. Le vaisseau spatial était alors à 119.049 kilomètres de la surface du satellite brumeux qu’il a survolé quelque 127 fois depuis le début de sa mission il y a treize ans. Parfois, il fut beaucoup plus près, comme lors de sa dernière visite (voir article plus bas), à moins de 1.000 kilomètres, et d’autres fois, à des distances aussi grandes.

« Cette dernière rencontre [avec Titan] est quelque chose comme un adieu doux-amer, a déclaré Earl Maize, chef de projet de la mission au JPLmais, comme elle l’a fait tout au long de la mission, la gravité de Titan est de nouveau en train d’envoyer Cassini où nous en avons besoin ».

Cassini va plonger dans Saturne dans moins de 3 jours

Ce détour par Titan, après un cycle de passages entre Saturne et ses anneaux de 22 semaines baptisé « grand final », sonne le glas de cette importante mission d’exploration de la planète géante, de ses anneaux et de ses nombreux satellites. Il a été baptisé par les équipes d’ingénieurs Goodbye Kiss, « baiser d’au revoir », pour ne pas dire d’adieu. La sonde a en effet reçu un « coup de pouce » gravitationnel de Titan qui la conduit vers Saturne, pour un plongeon suicide dans son épaisse atmosphère ce vendredi 15 septembre, soit dans moins de trois jours maintenant. Cette approche de Titan visait à diminuer l’altitude du vaisseau dans l’atmosphère pour réduire ses chances de survie.

La suite sur : http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/titan-sonde-cassini-dit-adieu-titan-67084/